Casson. Des citoyens passent le certificat d’études pour fêter les 30 ans de la réouverture de l’école publique

Examen samedi 28 avril 2012
  • Ce samedi 28 avril, dans la classe musée de Casson, au nord de Nantes : 13 des 33 citoyens inscrits aux épreuves d’un vrai faux certificat d’études planchent sur la dictée. Cet examen est une manière de rendre hommage au certificat d’études, trente ans après la réouverture de l’école publique.

    Ce samedi 28 avril, dans la classe musée de Casson, au nord de Nantes : 13 des 33 citoyens inscrits aux épreuves d’un vrai faux certificat d’études planchent sur la dictée. Cet examen est une manière de rendre hommage au certificat d’études, trente ans après la réouverture de l’école publique.

Témoignage

Guy Gillot, premier président de l’amicale laïque de Casson à l’initiative de la réouverture de l’école publique en septembre 1982

« Aujourd’hui (samedi 28 avril 2012), dans la classe musée de Casson inaugurée dimanche dernier, nous fêtons les trente ans de l’école en organisant une animation originale : nous faisons passer toutes les épreuves du certificat d’études : dictée, questions, rédaction, calcul mental, écriture, arithmétique, histoire, géographie, sciences naturelles, couture ou dessin, chant et gymnastique.

Tout ça en trois heures ! Ces vraies épreuves seront soumises à de vraies corrections.

Il y a deux sessions : une aujourd’hui et une autre demain. En tout, ils sont trente-trois élèves, tous des citoyens de Casson. Certains ont revêtu la tenue d’époque.

Faire passer cet examen est une manière de réaffirmer le rôle d’ascenseur social de l’école. Le certificat d’études est l’examen des blouses grises qui gommait les différences et permettait à chacun, quelles que soient sa condition sociale et sa fortune, d’être, peut-être, le premier de canton. C’est pour cela que l’on a voulu réveiller cet examen, qui est, pour nous, symbolique.

Les résultats seront donnés de manière solennelle samedi 5 mai à 11 h. Sera présent dans la classe musée le dernier instituteur, Jean-Claude Baron, qui avait fermé l’école en 1958. Tous les participants vont gagner la même chose : un diplôme « Aux armes de Casson ». Comme on le faisait à l’époque du certificat d’études, le nom et le prénom de l’élève seront écrits en lettres violettes et à la plume ! »

Lu dans Ouest France – dimanche 29 avril 2012
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s